Infections urinaires : symptômes et remèdes

infection urinaire : symptômes et traitements

Touchant principalement les femmes, l’infection urinaire est un mal très fréquent qui peut impacter plusieurs organes du corps humain. Des brûlures lorsque « l’on fait pipi » est quelque chose de fréquent au long de la vie. D’ailleurs 3% à 4% des femmes auraient une cystite chaque année ! Rien que çà !Les symptômes sont assez faciles à identifier et le traitement est différent selon qu’il s’agisse d’une infection aiguë ou chronique.

Les symptômes de l’infection urinaire

  • Brûlure en urinant, parfois il s’agit d’une douleur vive;
  • Envie d’uriner fréquente;
  • Urine qui sent mauvais (malodorante);
  • Urine de couleur foncée ou trouble avec parfois une présence de sang;
  • Une pesanteur dans le bas-ventre;
  • Cystite : infection de la vessie (plus fréquente chez la femme pour des raisons anatomiques);
  • Urétrite : infection de l’urètre;
  • Pyélonéphrite : infection des reins qui peut être la conséquence d’une infection urinaire non traitée. Une altération de l’état général, des douleurs dans le bas du dos ainsi que de la fièvre (plus de 38°5C) est généralement associée;
  • Prostatite : infection de la prostate (chez l’homme évidemment) qui est parfois associée à des signes aigus comme une forte fièvre, il existe aussi la prostatite chronique;

Les traitements de l’infection urinaire

  • Le traitement classique est la prise d’antibiotique qui doit être impérativement débutée après l’analyse d’urine et l’antibiogramme (ECBU avant impératif sinon ça brouille tout !). Le traitement se prend parfois en monodose (une dose unique) ou pendant quelques jours (3 jours à 7 jours). Dans le cas d’une prostatite aiguë d’origine bactérienne, le traitement peut être long car l’antibiotique a du mal à pénétrer la prostate de l’homme. Il n’est pas rare de voir dans ce cas un traitement prescrit pour 3 semaines à base de quinolone comme la ciprofloxacine ou la lévofloxacine.
  • Boire beaucoup, c’est-à-dire plus d’1L5 d’eau par jour;
  • S’essuyer de l’avant vers l’arrière après avoir été à la selle;
  • Boire du jus de canneberge qui est très efficace pour inhiber la bactérie Escherichia Coli;
  • En phytothérapie la busserole est aussi une plante très efficace pour les voies urinaires;
  • Dans certains cas, il ne s’agit pas de bactérie mais de champignons (origine fongique) qui sont à l’origine des troubles de la miction. Dans ce cas, il faudra voir pour prendre des antifongiques et des probiotiques (pour la flore intestinale) après confirmation de l’équipe médicale (c’est le fameux candida albicans qui peut être l’origine de mycoses). Le grand paradoxe, c’est que les candidoses sont souvent provoquées par une prise excessive d’antibiotiques;
  • Uriner après les rapports sexuels;
  • Ne pas se retenir trop longtemps d’uriner;

Il est conseillé de consulter son médecin traitant ou de consulter la page de la sécurité sociale : plus d’informations sur le portail ameli.fr. A noter qu’il existe des applications en ligne comme Livi notamment sur des questions médicales comme l’infection urinaire pour avoir une consultation n’importe quand.

Les principales causes de l’infection urinaire

  • La bactérie E.Coli;
  • Un système immunitaire faible;
  • S’essuyer de l’arrière vers l’avant (surtout pour les femmes);
  • Les MST (Maladie Sexuellement Transmissibles);
  • Certains champignons comme le candida albicans;
  • Chez les hommes âgés une hypertrophie bénigne de la prostate peut engendre ce genre de symptôme;
  • Prise excessive d’antibiotiques, corticoïdes ou traitements immunosuppresseurs;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *