Look et vêtements rock : l’évolution de la mode

look et vêtements rock

Le rock, oui le rock de nos parents redevient tendance depuis quelques années et je pense que cela ne risque pas de changer par les temps qui courent, la nostalgie aidant. Nous avons vraiment besoin de retrouver l’insouciance des années 60, des festivals de musique à la Woodstock avec la guitare électrisante de Jimi Hendrix, les champs labourés et cette envie de retrouver un monde où tout est possible…

Une influence majeure dans tous les styles de musique et dans la mode

La mode rock est associée en parallèle à l’évolution du genre musical lui-même. Le rock d’Elvis ou de Chuck Berry n’est pas le même que celui des Beatles, de David Bowie, des Rolling Stones ou encore de Metallica. L’influence du rock est majeure et a irrigué aussi d’autres genres comme le jazz avec le “jazz fusion” ou même le funk.

Michael Jackson, le “King of Pop”, voulait toucher tous les publics avec son Beat it sur Thriller. Son “pote” Prince, dont le jeu de guitare était d’une virtuosité folle rendait souvent hommage à Hendrix, Led Zepplin ou à Santana lors de reprises live légendaires ou dans ses albums. Nous allons faire un petit état des lieux sur quelques tendances : Rockability, le style psyché, le glam et le Punk.

Vêtements Rock’n roll, Rockabilly et doo-wop des années 50 

La rock des années 50, c’était d’abord des creepers, des cheveux gominés, les bananes, les jeans à revers, des Bucks qu’Elvis Presley aimait tant, le Teddy avec des manches en cuir ainsi que les célèbres Dr. Martens qui ont fait fureur chez les collégiens dans les années 90. C’était la mode des années 50, largement influencée par des légendes du cinéma comme Marlon Brandon et James Dean et dont le “King” est la principale figure de proue.

Source https://rockcity.fr/t-shirts-femme/  

Le look psychédélique des années 60

A partir de 1965, le “rock à papa” connait une évolution moins sage avec l’arrivée des drogues dont le funeste club des 27 sera l’une des images marquantes de cette décennie (des années plus tard, Amy whinhouse rejoindra la liste …).

La fameux “Summer of Love” (le fameux été 67) est un hymne à l’émancipation avec des artistes aujourd’hui considérées comme des légendes avec les Rolling Stones, les Pink Floyd et bien sûr notre dieu de la guitare Hendrix. Outre les substances prohibées, on retrouve à cette époque de la libération (notamment sexuelle) des jabots, des lavallières, des chapeaux à fleurs. Ce mouvement du flower power est une vraie contre culture qui irriguera jusqu’au Beatles avec l’album mythique Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band (dont Lucy in the sky with Diamonds reste une chanson magique pour moi).

Source https://rockcity.fr/t-shirts-femme/  

Les mouvements glam et punk avec les habits des années 70

Dans les années 70, les choses évoluent avec des artistes jugés plus androgynes avec la tendance glam incarnée magnifiquement par David Bowie et le groupe Queen qu’on qualifiera de rock lyrique notamment grâce à la voix incroyable du regretté Freddy Mercury.

Le look est alors look extravagant, provocateur et glamour, arborant allègrement des bottes à hauts talons et des chapeaux haut-de-forme cultivant parfois une ambiguïté dérangeante pour l’époque avec strass et paillettes à foison.

Le mouvement punk, qui signifie “voyou” anglais, est lui largement propulsé à Londres par le groupe Sex Pistols en 1976. Ce mouvement correspond à une double évolution sociétale et musicale dans un contexte de malaise social avec un anticonformisme, un refus de l’ordre établi et une réponse au “Peace and Love” de la fin des années 60 jugée durement à cette époque. La musique est plus violente, le look est plus radical, les idées tendent vers l’anarchie voire le nihilisme.

Le blouson en cuir revient à la mode avec le Perfecto de la Schott Company et on est loin de la mode des années 50 ou de la paix des années Woodstock, l’heure est à la résistance. On retrouve des looks avec des têtes de mort, des chaînes, des badges “no Future”, de nouveau les bottes Doc. Martens et mêmes des influences empruntées au fétichisme avec des vêtements en latex. C’est le summum de l’esprit de révolte.

Plus tard, l’esprit de révolte sera repris par d’autres influences comme le metal et le rap qui est une autre forme de révolte de la rue et un autre genre musical, qui, si parfois peut sembler s’opposer radicalement avec le rock, possède de nombreux points communs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *