Le mariage et les maladies cardiovasculaires

mariage

Le mariage peut avoir du bon qu’après une enquête américaine sur notre coeur, cependant le Docteur Dr Carlos Alviar affirme « Les résultats de l’étude ne devraient certainement pas inciter quiconque à se marier de façon précipitée ».

Lors de la conférence annuelle de l’American College of Cardiology réalisée à Washington, une étude accablante démontre une corrélation entre maladie du coeur et relation de couple. Réalisée sur 3,5 millions de personnes aux Etats-Unis allant de 21 à 102 ans, les analyses dévoilent que le risque d’avoir un accident cardiovasculaires est inférieur de  5 % pour les personnes mariées que pour les célibataires.

Les célibataires, comprenant aussi bien les veuves, les divorcés ou toutes autres personnes vivants seules, sont donc plus sujets à être touchés par les pathologies vasculaires étudiées comme les maladies artérielles périphériques, les cérébrovasculaires, de l’artère coronaire et l’anévrisme de l’aorte abdominale.

 

Pourcentage de risques de maladies cardiaques

Les hommes comme les femmes sont concernés par ce bilan dont en voici quelques chiffres.

Maladies % de risques en moins pour une personne en couple par rapport à une personne célibataire
Toutes maladies vasculaires 5 %
Anévrisme de l’aorte abdominale 8 %
Maladies cérébrovasculaires 9 %
Maladies des artères dans les jambes 19 %

Les jeunes plus touchés que les personnes âgées

On constate que plus les cobayes sont jeunes, plus il est important de vivre marié et en couple puisque cela réduit davantage les risques de maladies vasculaires. D’après le Docteur Alviar, « Le lien entre le mariage et une diminution du risque de maladies cardiovasculaire a été plus marqué parmi les plus jeunes ce qui fût une surprise ».

– de 50 ans de 51 à 60 ans + de 61 ans
réduction de 12 % réduction de 7 % réduction de 4 %

Est-ce dû à une sédentarité plus prononcée chez les personnes célibataires, à un mode de vie, à un stress et des responsabilités importantes chez les personnes seules avec enfants? Ou tout simplement un manque de soutien… à vous d’en tirer les bonnes conclusions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *