Encore un soir (Céline Dion) – la critique : long et auto-tune

Céline dion encore un soir critique

C’est le premier album de Céline Dion depuis 4 ans avec Sans Attendre, et surtout le premier album depuis la mort de son mari et manager René Angélil. Encore un Soir est une sorte de thérapie pour la chanteuse Canadienne après une année 2015-2016 très difficile sur le plan personnel.  15 morceaux, des compositeurs connus comme Serge Lama, Francis Cabrel, Zaho et surtout Jean-Jacques Goldman sur le single du même nom « Encore un soir » (piste numéro 4). Que retenir  de tout cela ?

C’est long

Le premier constat de cette mini critique après l’écoute du dernier Celine Dion, c’est que c’est très long. On en voit pas la fin avec 15 chansons où la chanteuse, au demeurant bien sympathique, s’égosille pour montrer qu’elle surmonte les épreuves de la vie dans des accompagnements musicaux aux accents parfois quasi country.

C’est pathos souvent, peut-être touchant pour ceux qui la connaissent ou pour ses fans, mais pour les autres on est face à des poncifs à la limite de la niaiserie : » Je nous veux véritable, je nous veux tous heureux » avec « le son de la pluie sur la taule du toit ». La guerre c’est mal, les méchants c’est pas bien. Goldman est d’ailleurs à ce titre le moins mauvais dans l’exercice, le single est de loin la chanson la moins mauvaise. D’ailleurs sa production (ou ses équipes) est dans l’ensemble moins lourde de manière générale que sur les autres titres.

Un peu beaucoup sur-produit

Là où ça fait très mal, c’est le niveau de la « musique » (copyright variété française). A force de recycler les mêmes arrangements, même le public de TF1 risque de s’apercevoir de la supercherie. C’est sur-produit, les arrangements sont très lourds ou inexistants et il y a un abus de l’auto-tune (un comble pour une chanteuse à voix). Mention spéciale à la 2 « L’étoile », un monument « Country-Variétoche » où les violons répondent à une voix quasi-vocodées de madame Dion.

Ce qu’il y a de pratique avec ce genre de production, c’est que la perte inhérente au streaming spotify ou mp3 permettra d’échapper à la dynamique de la chose. Pour une fois !

Un album pour qui ?

Vous l’aurez compris, je ne suis pas fan de ce genre de variété où l’on abaisse les gens à mon sens. Il en faut pour tout le monde vous me direz, Céline Dion est une sorte de Franck Michael niveau international avec les moyens en plus. On peut lui accorder au moins une certaine sincérité dans sa démarche, elle assume sa sincérité

« La vie c’est toute ses choses quand on aime », c’est aussi les choses qu’on aime pas. Nul doute que les fans des cordes vocales de Céline Dion (ou les fans du logiciel auto-tune) apprécieront.

2/10.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *